Un documentaire lourd de conséquences

Allez-vous souvent au McDo ? Mangez-vous souvent du fast-food ? Après ce film, il y a de grandes chances pour que vous décidiez d’arrêter, ou au moins  que vous y réfléchissiez à deux fois avant d’avaler le moindre Big Mac. Oui, c’est bien souvent l’effet que fait ce film après son visionnage. Au travers d’une expérience, Morgan Spurlock a voulu prouver les effets néfastes du fast-food sur la santé. Pendant un mois, il est allé au McDonalds matin, midi et soir pour se nourrir – et ce sans aucune exception. Une expérience dangereuse qui a eu des résultats excédant de loin les prévisions des trois médecins et de la nutritionniste suivant l’affaire.

Super Size Me est incontestablement un documentaire enrichissant, qui a su accrocher l’attention des spectateurs en touchant au sujet très actuel qu’est l’augmentation du taux d’obésité – à tel point d’ailleurs, qu’il a fait environ 28 millions de dollars de profit.

Le bilan est choquant : 11 kilos en 30 jours, un foie très endommagé et un cholestérol qui augmente de 0.65 grammes – ce sont des chiffres qui interpellent. Après la sortie du film, il est devenu difficile de ne pas penser aux conséquences désastreuses de cette consommation, surtout dans la société américaine où le fast-food est peu coûteux et très facile d’accès. En poussant cette expérience au point où on lui a répété que s’il continuait, il n’y aurait pas de retour en arrière, Morgan a véritablement réussi à faire changer les choses. Et c’est bien là où le film brille – dans sa vérité brute qui au final, a permis non seulement de retirer le Super Size du menu de McDo, mais aussi d’influencer la mentalité des gens ! Il est vrai que, pour que le documentaire fonctionne, il a fallu exagérer, appuyer un peu trop sur le danger qu’il a encouru, ne pas toujours approfondir  les exemples, et prendre les meilleurs angles pour défendre la cause. Mais ces quelques libertés prises n’en ont-elles pas valu la peine, si cela a permis à des milliers, voire à des millions de personnes, de prendre conscience d’un problème qui jusque-là était passé sous silence, de changer leur regard (critique) sur leur propre consommation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *