Petit budget pour gros succès

SUPERSIZE_ME2

 

Super Size Me, sorti le 30 juin 2004 en France, est le premier film du réalisateur Morgan Spurlock. Avec un budget de seulement 65 000 $, le film rapporte 29 500 000 $ soit 450 fois plus que ce qui a été investi. Quelle est la recette de ce succès ? Ce documentaire doit sa grande popularité et ses nombreux prix sans doute au fait que des milliers de personnes à travers le monde peuvent s’y identifier. Il traite par ailleurs du phénomène de l’obésité très répandu de nos jours du fait de la banalisation de la junk food.

On ne  fait pas d’omelette sans casser d’œufs est un proverbe très représentatif de cette expérience à haut risque. Pendant un mois, Morgan se met au défi de ne manger que des produits provenant du géant de la junk food, McDonald’s. Les règles ? Manger trois repas par jour, ne manger que des aliments proposés sur le menu du fast-food ou encore prendre l’option Super Size, qui existait seulement en Amérique, lorsqu’on la lui propose. Si à priori, cette expérience hors du commun paraît sans danger majeur, d’après les spécialistes interrogés par Morgan, elle se révèle très nocive pour sa santé. Au fil des jours, son état se dégrade progressivement, allant de simples fatigues à des problèmes respiratoires. On peut lui reconnaître le mérite d’avoir gardé les scènes les plus gênantes comme lorsqu’il régurgite après avoir consommé pour la première fois le Super Size. Malgré la détérioration de sa santé et les nombreux avertissements des médecins, sa détermination de montrer les effets néfastes de la mal bouffe prend le dessus. Les séquelles flagrantes constatées sur son organisme, parmi lesquelles une prise de poids marquante de 11 kg, un foie endommagé et une augmentation du cholestérol, met en évidence les dangers auxquels peut mener une telle surconsommation de junk food.
Le fast-food n’est pas pour autant néfaste s’il est consommé avec modération.  Cela dépend des limites que chacun s’impose.
Ce documentaire est très instructif et nous expose bien le problème actuel que notre société rencontre, grâce à l’implication du réalisateur lui-même. On peut dire que c’est un film qui avance des arguments de poids contre la malbouffe.

 

Mélissa et Céline

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *